DRDJSCS Nouvelle-Aquitaine

DRDJSCS Nouvelle-Aquitaine

Newsletter
Retour à la page d'accueil
>SPORTS >Sport de Nature >Articles, ressources et documentation >Articles >3 questions à... Frédéric GILBERT (Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne)

3 questions à... Frédéric GILBERT (Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne)

Article SPORTS 7/11/2018

Frédéric GILBERT est Chargé de développement des filières de randonnées et de la régulation des pratiques consommatrices d’espaces - Conseiller Territorial des Activités Physiques et Sportives au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne

En quoi les Sports de nature peuvent-ils être un outil pertinent pour la mission d’un PNR ? Et comment cela se traduit dans les Landes de Gascogne ?

Dès la naissance des premiers PNR (loi de 1968) les pratiques de plein air ont été des vecteurs de découvertes des territoires et d’éducation à l’environnement pour les visiteurs comme habitants. S’il a été longtemps l’apanage des aventuriers, aujourd’hui il est à la fois celui des pratiques de sports de nature, découvreurs actifs et rurbains. C’est un fait social majeur. L’accès à l’espace et à la nature dépasse la pratique sportive. Projet de déplacement au grand air qui offre à voir (paysages, …) ou réponse à des besoins de bien être (déambulation récréative, pratique hygiénique et santé, ou convivialité …), les pratiques de sports de nature ont toujours été un outil pertinent pour la mission de notre PNR, mais dont la forme a évolué au fil du temps

Très tôt, dès 1985, les filières de découvertes par les activités de plein-air ont été un levier majeur sur notre territoire comme support de découvertes. Pratiques pionnières : canoë-kayak, randonnée équestre et cyclotourisme.

La particularité des communes du Parc réside dans le fait que 92 % de la surface est une forêt de pins d’exploitation, espace ouvert d’un point de vue paysagé, et privatif d’un point de vue du foncier. Face aux difficultés d’obtenir des conventions de passage en forêt, peu de chemin de randonnée en liberté ont été créés. En contrepartie, une politique publique d’investissements conjointe entre le PNR et la DRDJS a été entreprise alors, pour créer des points d’accueil des visiteurs sous forme de réseau de haltes nautiques sur la grande Leyre et de centres de randonnées équestres. A cette période, les activités accompagnées, au service de la sensibilisation à l’environnement, se sont révélés être des outils très pertinents au service d’une démarche d’éducation populaire. Le Parc a donc été lui-même opérateur avec trois centres d’éducation à l’environnement (avec des éducateurs sportifs et animateurs environnement) utilisant ces supports (CK, CO, VTT) dans le cadre scolaire (APPN en primaire et collège) et touristique, et a soutenu activement des associations et des socio-pros partenaires (FF CK, FF Cyclotourisme, FF.Tourisme Equestre) agissant sur le territoire.
A partir des années 2000 les pratiques de pleine nature ont contribué au développement touristique fondé sur les filières de randonnées douces, au service des objectifs du Parc. Au côté du secteur associatif et des collectivités locales, le secteur marchand est apparu plus fortement dans les activités de randonnée canoë et équestre, et plus confidentiellement dans le cyclotourisme. Face au développement des demandes de pratiques en liberté, le PNR a animé des démarches actives pour promouvoir un développement raisonné et concerté en agissant auprès des opérateurs et organisateurs des pratiques : outils de concertation, mise en réseau de prestataires, sensibilisation et de formation des acteurs ont été systématisés dans les filières afin les pratiques de sports de nature trouvent un plus Parc dans leur organisation. Une convention nationale, liant le MEJS et Fédération des PNR sur le développement maîtrisé des sports de nature, a appuyé ce type d’expérimentation territoriale. Dans le même esprit, dès 2005, le PNR a eu un rôle laboratoire en matière de régulation de la circulation des véhicules terrestres motorisés (voir plus loin) afin d’éviter une distorsion de positionnement et d’image sur notre territoire. Dans le même temps le Parc a valorisé ses savoir-faire avec les acteurs locaux au travers des événements originaux, alliant éducation, découverte et culture. : Parc à Pied (9 édition – 250 pers) et Parc à Pied (3 édition - 120 pers)

Plus récemment, au regard de l’évolution des pratiques de sports de nature, deux types d’actions se font jour :

La structuration des pratiques itinérantes sont désormais un des 4 axes stratégiques du projet d’Ecodestination destination exemplaire en Nouvelle Aquitaine mené depuis 2014 en coopération avec l’ensemble des Communautés des communes et la Région.
En appui de la formation des acteurs, de la conception d’éditions (ouvrages, topo-guides, cartes, sites web dédiés*....), les filières de randonnées se structurent à partir de l’élaboration de produits (séjours ou semaine itinérante) et d’accompagnement de prestataires vers la Marque Valeurs Parc. De façon complémentaire, la coopération avec les départements (Landes et la Gironde) se concrétise sur les aménagements dans le cadre des PDESI : Itinéraire nautique à la pagaie (Leyre), itinéraires cyclables (Vélo-routes Voies vertes), Itinéraires jacquaires et projet d’itinéraire équestre interdépartemental trans-Parc, afin de répondre qualitativement (et de façon maîtrisé) aux demandes des pratiquants.
En parallèle, les pratiques de pleine nature sur le champ des pratiques sportives en autonomie ou pratiques régulière de clubs locaux (nombre en expansion) contribuent fortement à l’explosion des raids multisports et des pratiques non maîtrisés via les usages d’outils numériques. Ainsi depuis 2013, au-delà des avis formels, le Parc s’est doté d’un cahier des charges d’’accueil d’événements « sports de nature ». Cet outil d’accompagnement des organisateurs vers les bonnes pratiques est complété d’une sensibilisation des participants aux évènements Outdoor. Le PNR anime une démarche en réseau avec ces organisateurs, pour tenter de faire face à démultiplication des raids…. Une inquiétude se confirme face à l’explosion des sites collaboratifs et les téléchargements des traces gpx sur des parcours non maîtrisé ni même autorisés.
Enfin, Les liens avec le milieu fédéral traditionnel, les acteurs publics (État, Région, les 2 départements et les communes) et les acteurs privés de l’offre (marchande ou non), se formalisent très régulièrement à travers les outils de gestion, CLE du SAGE, COPIL Natura 2000 (et charte usagers) et 2 CDESI (et éco-veille, par exemple).
La recherche de l’équilibre des pratiques et de la pérennité de la qualité des milieux anime l’action du Parc avec ses partenaires.
Dans la nouvelle charte du Parc 2014/2026, les sports de nature sont mentionnés dans les mesures suivantes :
27 Organiser l’accueil du public et limiter son impact sur les milieux naturels
49 Valoriser les randonnées douces comme produit d’éco-tourisme
50 Développer les sports de nature au service du territoire et de ses habitants
51 Initier et accompagner des démarches collectives et pilotes visant à réguler les pratiques
52 Préserver de toute circulation motorisée les espaces d’intérêt patrimonial

(*) www.canoesurlaleyre.com et www.rando-landes-de-gascogne.com

Le PNR a mené une action dans la conciliation des usages, en particulier au niveau des activités motorisées dans le milieu naturel. Peux-tu en faire le bilan ?

Cette action de régulation de la circulation des véhicules terrestres motorisés en forêt et dans les milieux naturels a été engagée sur le territoire du Parc dès 2005 en parallèle de son positionnement écotouristique, socle du projet de découverte du PNRLG
Méthode, conviction et pragmatisme ont guidé notre action. Initiateur et animateur de la démarche, le PNR a appuyé les travaux d’une première commune volontaire, proche de Bordeaux et du bassin d’Arcachon, sous pression face à l’essor des pratiques : état des lieux, relevés de terrain, rencontre de prestataires et de pratiquants, concertation locale élargie et soutien juridique sur les textes en vigueur et l’éventuelle prise d’arrêté municipal.
Cette action pilote de régulation de la circulation des VTM a conduit, en 2007 quatre communes circonvoisines à s’engager, elles aussi, dans cette méthode de régulation. Avec l’appui technique du PNR, elles ont travaillé, elles aussi, sur l’identification de statut juridique de toutes leurs voies (publiques, privées, chemin ruraux, DFCI, ...) et de leurs milieux naturels d’intérêt patrimonial majeur pour aboutir à une carte locale via un S.I.G
Ces 5 communes ont collectivement élaboré un tract d’information puis une exposition pédagogique sous forme de 10 panneaux explicatifs. Enfin, chacune s’est dotée, en 2009, d’un arrêté municipal motivé, annexé de la carte mentionnant ses voies ouvertes et ses voies fermées à la circulation. Ces arrêtés ont été appuyés d’une délibération par chacun des conseils municipaux (et en comité syndical du Parc). En complément, via des fonds européens, les 5 communes se sont équipées sur sites de panneaux réglementaires et d’information du public, implantés en 2012. Leurs contenus a fait l’objet d’une conception collective, animée par le Parc, associant les acteurs impliqués, à savoir le CR Aquitaine FF.Moto, l’ONF, la DFCI, l’ONCFS, le CODEVER, l’Etat, le PNR et la Fédération des Chasseurs. Des actions de sensibilisation des différentes forces de police sont venues, localement, conforter l’ensemble du dispositif.
Modélisation et transfert au bénéfice d’une stratégie territoriale. Ces communes et le Parc, avec ces partenaires techniques, ont conçu en 2014 un guide pratique et juridique destiné aux collectivités de notre Parc et aux acteurs concernés par ces activités motorisées afin de leur permettre de mieux appréhender ces pratiques, leur réglementation et les risques pour les milieux naturels et la forêt. Ce guide présente les actions concrètes en 4 étapes transposables aux territoires (inter)communaux du Parc pour élargir cette action de régulation de la circulation des VTM. 
Parallèlement, la démarche a été complété par la mise aux normes de 3 terrains de pratique permanents sur 3 communes distinctes du Parc, espacées de 40 km, homologués et gérés par un club local FFM, et la fermeture de deux terrains non déclarés et non autorisés.
De nouvelles communes se sont impliquées récemment avec le PNR. La modélisation leur permet de choisir les étapes adaptées aux réalités locales (diagnostic). La qualité du dispositif et l’animation territoriale a conduit au respect de la démarche et des panneaux ! Globalement la pression est retombée. La circulation n’a pas complétement disparue mais l’information est connue des clubs, des groupes organisés et des pratiquants libres. D’autant que notre démarche a fait l’objet d’article dans une revue spécialisée. Nous sommes sollicités pour avis sur des initiatives ponctuelles, des manifestations ou nouveaux projets. La difficulté aujourd’hui est d’assurer le suivi de l’information au sein des mêmes des communes et des forces de polices parfois renouvelées
Cette action de régulation de la circulation des VTM de loisirs est une des 3 mesures stratégiques de la charte du PNR 2014-2026 au bénéfice de l’objectif opérationnel 5-2 : « Accompagner le développement des sports de nature et maitriser les pratiques consommatrices d’espaces » comprenant aussi une action sur les manifestations Outdoor.

En savoir beaucoup plus sur ce lien

Le PNR va organiser les 3èmes "rencontres des itinérances nature" en septembre 2019, peux-tu nous présenter l’évènement et les innovations prévues ?

Cet événement ambitionne de positionner le Parc à l’échelle du grand Sud-ouest sur l’itinérance et les bonnes pratiques dans les espaces naturels au service de notre Eco-destination. A la croisée des sports de nature, du tourisme, de l’éducation à l’environnement et de la préservation des espaces naturels, cette 3ème édition permettra de nous affirmer comme territoire laboratoire régional sur les bonnes pratiques d’itinérances et de valoriser les équipements dédiés : pistes cyclables, chemins pédestres et VTT des 2 PDIPR et l’itinéraire nautique Leyre, inscrits aux PDESI Gironde et Landes.
Un format de deux jours de rencontres, d’animations et de formation sur les randonnées douces sans trace (nautique, pédestre, vélo, équestre) pour permettre aux participants de vivre un week-end expérimentant des approches pratiques, pédagogiques, originales et adaptées aux territoires, et de partager des expériences formatrices liées à la randonnée sur l’eau et sur terre avec des intervenants, des témoignages, des essais de matériels, des expositions et des conférences.

Cette édition # 3 se déroulera à Pissos (40) le samedi 21 et dimanche 22 septembre 2019

Ce temps fort s’adresse donc aux amateurs de randonnées, adultes et familles, habitants du PNR et provenant du Grand Sud-Ouest, randonneurs d’un jour ou au long cours et aux Socio-professionnels, organisateurs de séjours itinérants, prestataires de sports de nature du territoire, acteurs de la jeunesse en recherche de méthodologie de projet et de savoir-faire techniques et pédagogiques ! Plus 15 ateliers, 4 conférences…
150/180 participants attendus à l’échelle Interrégionale et 20 intervenants de niveau national.
Le vendredi sera l’occasion d’une journée professionnelle rassemblant les partenaires.

Nouveautés : Deux projets mobilisateurs sur le territoire en synergie avec cet évènement :
- Une session de formation professionnelle autour de l’itinérance pour les socio-pros et coordinateurs jeunesse prévu dans le calendrier 2018/2019 de l’organisme partenaire l’IFREE.
- Une dynamique de projets pédagogiques impulsés en amont sur le territoire Parc par le Pôle Education du PNR. La manifestation sera un levier pour impulser un projet itinérant de jeunes et les mobiliser lors de l’évènement (présentation, témoignage…)
Partenariat pressentis en 2019 avec les deux départements avec leurs services Sports de Nature et La Région Nouvelle Aquitaine avec les autres PNR.

En savoir beaucoup plus sur ce lien

Frédéric GILBERT, Chargé de développement des filières de randonnées
et de la régulation des pratiques consommatrices d’espaces - CTAPS au PNRLG