Retour à la page d'accueil
>JEUNESSE ET VIE ASSOCIATIVE >Vacances apprenantes >Les colos apprenantes ça continue pendant les petites vacances !

Les colos apprenantes ça continue pendant les petites vacances !

Article JEUNESSE ET VIE ASSOCIATIVE 16/10/2020

Les vacances apprenantes doivent permettre aux enfants de 3 à 17 ans de partir en vacances et de découvrir d’autres horizons. Elles visent à répondre aux attentes des jeunes et des familles tant au niveau éducatif qu’au niveau culturel et sportif.
Le dispositif « colos apprenantes » est étendu aux petites vacances scolaires de fin d’année 2020, celles de la Toussaint et de Noël.

Depuis mars 2020, les périodes de confinement puis de dé-confinement progressif, ont bouleversé le quotidien des enfants et de leurs familles en limitant les accès aux activités éducatives, culturelles et sportives. Suite à cette crise sanitaire que nous venons de vivre, le gouvernement mobilise des moyens exceptionnels et lance l’opération « Vacances apprenantes ». Plusieurs dispositifs allant de l’École ouverte à des séjours en colonies de vacances labellisés par l’État ont été proposés partout en France, dans le respect des consignes sanitaires.

• Les dispositifs "colos apprenantes" et aide exceptionnelles ALSH sont portés en Nouvelle-Aquitaine par les DDCS/DDCSPP.

contacts des partenaires en Nouvelle-Aquitaine
(PDF – 633.8 ko)

Les "Colos apprenantes" s’inscrivent dans l’opération "Vacances apprenantes" qui a pour objectif de répondre au besoin d’expériences collectives et de remobilisation des savoirs après cette période de confinement.
Elles ont débuté à l’été 2020 et reprendront à la Toussaint ainsi qu’aux vacances de Noël.
Elles bénéficient d’un label délivré par l’État et proposent des formules associant renforcement des apprentissages et activités de loisirs autour de la culture, du sport et du développement durable.Elles offrent la possibilité aux enfants et aux jeunes de renforcer savoirs et compétences dans un cadre ludique et de préparer ainsi dans de bonnes conditions la rentrée prochaine.

Pour qui ?

Les « colos apprenantes » accueilleront des enfants et des jeunes de 3 à 17 ans, dont 80 % issus des quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV). Elles ont tout particulièrement été conçues pour les enfants et les jeunes qui ont subi plus durement la crise sanitaire et ont eu des difficultés à maintenir le lien avec l’école et les apprentissages durant la période de confinement.

Par qui ?

Les opérateurs de colonies de vacances (les associations, les collectivités territoriales, les comités d’entreprise, des structures marchandes) élaborent une offre de « colos apprenantes » qu’ils soumettent à l’État dans le but d’obtenir le label « colos apprenantes ».
Organisateurs, déposez vos offres ICI

Le dispositif « colos apprenantes » est étendu aux petites vacances scolaires de fin d’année 2020, celles de la Toussaint et de Noël

Comment inscrire mon enfant  ?

  • deux modalités d’inscription aux séjours :
    - Soit via les collectivités partenaires, avec une prise en charge financière spécifique pour les publics prioritaires (décrocheurs, zones politiques de la ville ou rurales, familles mono parentales…) Dans ce cas, l’inscription est réalisée par la collectivité. Il faut, si l’on pense relever de ce dispositif, prendre l’attache du service jeunesse de sa commune.
    - Soit directement par les familles

Nouveau : service d’inscription avec la plateforme de la Jeunesse au Plein Air (JPA) : inscription ICI

Quelles sont les étapes ?

  • Vous faites la demande sur le site de la Jeunesse au Plein Air
  • Vous préparez votre avis d’imposition, et la copie de la notification de décision de la CDA (commission des droits de l’autonomie) si votre enfant est en situation de handicap. Ces documents seront demandés comme pièces justificatives.
  • Vous recevez une réponse de la JPA dans les plus brefs délais.

FAQ : foire aux questions pour les familles voir document joint

Financement

L’aide de l’État est à hauteur de 80 % maximum du coût du séjour (soit 400 € pour un coût total plafonné à 500 € par mineur). Le cofinancement côté collectivité est de 20 %, avec la possibilité de prévoir une participation symbolique des familles

Liste des pièces-jointes